La taxe d’habitation : un gouffre laissé par son annulation ?

La déclaration d’Emmanuel Macron a été claire : la taxe d’habitation subira une annulation progressive jusqu’en 2020. On s’attend à ce que 80 % des ménages soient acquittés de cette taxe, et la démarche commence cette année.

Toutefois, la suppression de la taxe d’habitation n’est pas sans conséquence. Rien que pour cette année 2018, on s’attend à une perte de 10 à 12 milliards d’euros. D’ici 2020, ce gouffre risque de s’élever à 26 milliards d’euros. Face à ces circonstances, le Comité des finances locales ou CFL, essaie de manœuvrer avec le gouvernement pour trouver une solution. Aux dernières nouvelles, les élus locaux vont peut-être procéder à un échange entre la taxe foncière et la CSG. La nouvelle n’est pas encore officielle, mais l’idée est à réfléchir. En effet, si on transfère la part départementale de la taxe foncière vers les communes, on peut s’attendre à un gain de 16 milliards d’euros. D’un autre côté, pour compenser ces fonds tirés du département, on envisage d’envoyer une part de la CSG au département. Cette somme peut alors être fixe ou modulable. Néanmoins, les élus affirment que même si ces décisions seront appliquées, la population n’endurera pas une augmentation de la Contribution Sociale Généralisée. Affaire à suivre…